Jocelyne Khoueiry, l'indomptable, de Nathalie Duplan et Valérie Raulin

L’histoire exceptionnelle d’une figure de la Résistance chrétienne au Liban, Jocelyne Khoueiry, qui, à 20 ans à peine, a pris la tête d’un millier de combattantes pour défendre son pays menacé par les Palestiniens, tout en vivant une conversion spirituelle étonnante. Le destin d’une femme hors du commun.

Document

 

Date de parution : 5 mars 2015

 

Livre papier :

978-2-36890-326-1

19,90 €

140x205 mm

272 p.

 

Livre numérique :

978-2-36890-327-8

9,99 €

 

La presse en parle

L'ouvrage

 

« Remarquable biographie d’une femme hors du commun. Un travail extrêmement approfondi, passionnant et émouvant. » Dominique Baudis


Liban, avril 1975. La guerre éclate. Jocelyne Khoueiry, vingt ans à peine, prend les armes pour défendre son pays menacé par les Palestiniens qui ont établi un État dans l’État. Rare femme à lutter avec les commandos d’élite, elle devient une figure de la Résistance chrétienne et se retrouve bientôt à la tête d’un millier de combattantes.


Dans la nuit du 6 mai 1976, elle remporte seule avec six « gamines » une victoire décisive contre trois cents combattants palestino-syriens. La « légende de Jocelyne et ses filles » est en marche. Cette date est aussi celle d’un changement profond : la rencontre avec le Christ d’une jeune femme confessant jusqu’alors un christianisme identitaire. Dès lors, elle ne cesse de communiquer sa foi à l’ensemble des Forces libanaises.


Pendant dix années, elle est sur tous les fronts et de toutes les batailles pour apporter l’espérance au coeur de la mitraille. Son combat pour la vie et pour un Liban multi-confessionnel n’a jamais cessé depuis.

Les auteurs


Journaliste depuis plus de vingt ans, Nathalie Duplan a débuté au Figaro Magazine et publie régulièrement des reportages dans la presse. Valérie Raulin a commencé sa carrière au Figaro et a été accréditée auprès du ministère de la Défense. Spécialistes du Proche-Orient, elles sont les auteurs, au Passeur, du livre Le camp oublié de Dbayeh (Prix littéraire 2014 de l’OEuvre d’Orient).