Je n'ai pas les nerfs assez robustes pour vivre dans ce monde-là  

Entre la Russie et la France, deux géants de la littérature échangent actualités de la vie littéraire, tourments d’écriture, mais surtout nouent une chaleureuse amitié.

Classiques XIXe siècle français

 

Date de parution : 8 avril 2021

 

Livre papier : 

978-2-36890-852-5

8,50 €

110x180 mm

304 p.

 

Livre numérique : 
978-2-36890-853-2

4,99 €

L'acheter 

Le livre 

 

Il lui reste dix-sept ans à vivre lorsque Flaubert rencontre le plus français des écrivains russes, Ivan Tourgueniev. Leur première lettre date de 1863, et cette correspondance exceptionnelle durera jusqu’aux derniers jours de Flaubert.
Exceptionnelle, en effet, parce que c’est un document irremplaçable sur le laboratoire intérieur de chacun des deux auteurs : ils livrent leurs doutes, leurs difficultés, les affres qu’ils traversent. Sans filtre ni prévention, car chacun sait que l’autre est un frère d’encre et de plume.
C’est aussi un irremplaçable miroir de la vie intellectuelle, culturelle et politique : on voit défiler, peints et croqués avec une force de trait stupéfiante, les grands personnages de l’époque.
Enfin, c’est le livre d’une amitié : les deux géants des Lettres correspondent, au sens le plus plein du terme. Ils échangent, se confient, s’épaulent et se critiquent. Ils nouent ensemble le plus subtil et plus exigeant des signes de ponctuation : le trait d’union.
 

Les auteurs 

 

Gustave Flaubert (1821-1880) est un écrivain majeur de la seconde moitié du xixe siècle. Il est notamment l’auteur de Madame Bovary, Salammbô et L’Éducation sentimentale.
Ivan Tourgueniev (1818-1883) est un romancier, nouvelliste et dramaturge russe.

Frank Lanot, préfacier, reçu dans l'émission Envie de lecture