Richard Wagner ou le Salut corrompu, d'Alain Galliari

Cet essai décapant révèle un Wagner inattendu, qui détourne à son profit la conception chrétienne du Salut, opposée à ses valeurs. Un secret refus qu’Alain Galliari cherche à percer.

Essai / Musique

 

Date de parution : 5 septembre 2013

 

Livre papier : 

978-2-36890-040-6

16,90 €

130x200 mm

160 p.

 

Livre numérique :

978-2-36890-041-3

6,99 €

 

La presse en parle

L'ouvrage

 

Richard Wagner se voulait poète autant que musicien. Il écrivit lui-même les livrets de ses opéras, qu’il revendiquait au même titre que la musique. C’est à eux qu’Alain Galliari s’attache ici, selon une optique généralement négligée bien qu’elle soit centrale dans l’univers wagnérien : la quête du Salut. Du Hollandais volant (1841) à Parsifal (1879), les héros wagnériens sont tous habités par la promesse de relèvement qui est au cœur de la Révélation chrétienne, par ce combat intérieur cherchant la voie qui tourne le dos au Mal et marche vers le Bien. C’est pourtant le chemin inverse que son œuvre ne cesse de pratiquer, en vertu d’un secret refus qu’Alain Galliari tente d’approcher.

Suivre les héros wagnériens dans leur quête obscurcie du Salut revient ainsi à observer l’œuvre subtile du Mal : égarer les cœurs qui cherchent Dieu, afin de les détourner du chemin qui les ramène à Lui ; les amener à préférer être comme des dieux plutôt qu’à l’image de Dieu.

« Wagner n’a médité aucun problème plus intensément que celui du Salut. » Nietzsche

L'auteur

 

Alain Galliari est musicologue et écrivain, directeur de la Médiathèque musicale Mahler à Paris. Il est l’auteur de Anton von Webern (Fayard, 2007), biographie qui a obtenu le prix des Muses 2008 (prix spécial du jury), ainsi que le grand prix de la Critique 2007-2008 (meilleur livre musical), de Franz Liszt et l’espérance du Bon Larron (Fayard, 2011) et vient de faire paraître Le Concerto à la mémoire d’un ange. Alban Berg,1935 (Fayard, 2013).